Le terme ‘‘Danse Orientale” demande une explication profonde pour arriver à le comprendre.

Cette danse est aussi connue sous les noms de “Danse du ventre” et “Baladi”.

Pour mieux connaître ce genre de danse, on doit parler de son origine, les pays où elle est pratiquée et aussi mentionner les célèbres danseuses.

Tout d’abord, cette expression “danse orientale” est la traduction littérale de l’arabe “Raqs Sharky”.

Le terme  est bien vague cependant il indique précisément la danse pratiquée dans l’est du Bassin Méditerranéen et surtout en Egypte.

La danse orientale n’a pas de date de naissance précise, et on ne sait d’ailleurs pas si ce sont les Turcs qui l’ont introduite en Egypte, ou bien au contraire s’ils l’ont apprise des Egyptiens.

La danse en Egypte est un héritage qui remonte au temps de l’Egypte Antique. A cette époque, on célébrait les noces et même la saison prospère de la crue du Nil par la danse. Avec le temps, la danse orientale est restée un moyen d’exprimer la joie et de célébrer les fêtes.

L’écrivain Sadeq Sablour nous affirme dans son livre “l’histoire de la danse orientale en Egypte” que les danseuses égyptiennes ont célébré le retour de Saad Zaghloul d’exil.

Quant aux écoles de danse en Egypte, les historiens indiquent que la première école date de 1852. Elle était située à Chabrakhit, et on y donnait des cours aux jeunes filles de 10 ans.

Pour parler des danseuses égyptiennes, citons d’abord Chafiqua, qui fut l’une des premières diplômées de cette école.

Puis, ce fut l’apparition de Naïma Akef. Cette jeune fille, au beau sourire, a fait l’affiche, en costume de danse, du premier festival du cinéma arabe dans les années 50.

La danse orientale a traversé une grande crise dans les années 90, mais il reste tout de même de nombreuses danseuses égyptiennes qui pratiquent encore cette danse avec toute sa splendeur, sa beauté et son charme.

Enfin, les grandes danseuses égyptiennes Chafiqua, Naïma Akef, Tahiya Carioca, Samia Gamal et tant d’autres ont, avec leur talent, leur passion, leur ténacité, réussi à présenter un genre d’art très spécial, qui caractérise le monde arabe et bien sûr l’Egypte.

La ”Danse Orientale” est donc pour la femme un moyen d’expression et de célébration au cœur de toutes les fêtes du monde arabe et d’Egypte, et aujourd’hui plus près de chez nous en Europe…

“L’âme du philosophe veille dans sa tête,

L’âme du poète vole dans son cœur,

L’âme du chanteur vibre dans sa gorge,

Mais l’âme de la danseuse vit dans son corps tout entier”.

D’après Gobran KHALIL GOBRAN 

Odelya votre Professeur, saura vous transmettre, toute la grâce et le charme de l’Orient