Le Modern’ Jazz (ou Jazz) est né après plusieurs “mutations” avec les différents chorégraphes qui se sont succédés. Et c’est en 1926, que naît l’expression “modern jazz”avec Martha Graaham. Tout commence, avec la danseuse Isadora Duncan qui ayant pris des cours de classique, s’aperçoit que ce ne sont pas les tutus et les ballerines qui la motivent, mais les rythmes du Pacifique; des mouvements de mains, de bras et même de doigts. Isadora Duncan, pense que la danse est l’expression divine de l’esprit humain par conséquent elle exclut tout décor. Pratiquement sans vêtements, c’est comme cela quelle voit la danse, “la nudité, c’est la vérité, c’est la beauté, c’est l’art” affirme-t-elle. Heureusement, tout cela a bien changé… Et nous vous rassurons, plus personne ne songe à danser nu (en tous cas chez nous) dans les écoles.

Dans les années 40, la danse ethnique, afro-américaine ou amérindienne, trouve sa place dans la modern dance. Les artistes noirs imposent leurs sens du swing et leurs habilité a faire des claquettes.

Et quelques années plus tard, Alvin Ailey, offre un large aperçu de la modern dance, il mélange la culture noire et blanche. Mais, nombreux sont encore certains grands chorégraphes américains, qui malgré toute l’innovation de la Jazz Dance tiennent encore profondément à leurs racines.

Luigi est un des ces exemples. Professeur et Chorégraphe à New York et de surcroît, mondialement connu, sait aujourd’hui encore, montrer aux danseurs venus du monde entier et qui se pressent dans ses cours que le Jazz de Broadway n’est pas mort bien au contraire ! Depuis les années 70/80 le modern’ Jazz (ou Jazz) a considérablement évolué. Au fil des années et les modes musicales passant, il a su garder son identité tout en s’adaptant à la demande de plus en plus précise des adeptes de cette culture. Et si des Stars comme M. Jackson, Madonna et d’autres, ont considérablement poussé à cette métamorphose, c’est surtout le cinéma et les séries américaines TV qui ont grandement, accéléré cette “modernisation” de la danse.

La série “Fame” dans les années 90 (et probablement beaucoup plus que le film) a fait découvrir au monde entier que la danse ne s’était pas arrêté à “West Side Story” et des millions de danseurs en herbe ont ainsi découvert le bonheur de danser devant un miroir. Plus près de nous c’est maintenant la très réussie série espagnole “un dos très” qui montre à des millions de jeunes, le renouveau du Modern’ Jazz. Et ces séries, nécessaires à une évolution constante permettent une audience inespérée, à cette merveilleuse danse.

Aujourd’hui le Modern’ Jazz suivi une évolution sans pareil, et bien que la base soit toujours bien présente, elle a su rester une danse de “son temps”. Les exercices préparatoires d’échauffement et d’étirement n’ont pas été bannis, et il faut quand même travailler les indispensables “pirouettes” et autres “sauts” pour pouvoir acquérir “le minimum vital” ;Différents niveaux sont proposés à nos élèves, du débutant au professionnel.  Vous aimez la danse ?

Vous avez adoré la série “un dos tres”? Alors, rejoignez-nous vite…

Bob, diplômé de la D.E.A. (Dance Educator’s of America) saura réveiller ce rêve qui sommeille en vous depuis si longtemps…